14-15 Août, devrait-on célébrer la Notre-Dame [des Catholiques] ou la Cérémonie du Bois Caïman?

 

Cérémonie du bois Caïman, peu de gens en parle. Ne soyez pas déçu si vous constatez l’état de délabrement dans lequel se trouve ce site historique ô combien important dans l’histoire d’Haïti. C’est une date presque enlevée des annales de l’histoire, déjà, depuis bien des temps, hors mis les Cérémonies Vaudou, pas de cérémonies officielles pour commémorer « l’acte fondateur de la révolution et de la guerre d’indépendance » qui alla conduire à la première révolte des indigènes, ce qui alla entrainer cette lourde défaite de Napoléon Bonaparte face à Jean Jacques Dessalines en 1803.

 

Bwa Kayiman, Bois Caïman, Que représente cet évènement pour nous autres haïtiens ?

Depuis que Christophe Colomb, en décembre 1492, foula le sol d’Haïti, les haïtiens ont entamé leur chemin de croix. Pendant environs 4 siècles, français, anglais et espagnols ont asservi, exploité les habitants de l’ile. Maintenant, la question est, pourquoi ne se sont-ils pas révoltés ?  Simplement parce qu’ils étaient conditionnés, formatés à servir les esclavagistes. Tenez-vous bien ! Les châtiments corporels n’étaient pas la plus puissante arme de ce conditionnement. C’était quoi alors ? L’une des premières choses qu’un esclavagiste français faisait aux Hommes réduits en esclavage était de les forcer à pratiquer leur religion, pour la simple et bonne raison que le dieu des blancs pousse les croyants à penser que tout ce qui leur arrive, en bien ou en mal, est la volonté de Dieu, preuve à l’appui, le fameux verset « restez en silence, l’Eternel combattra pour vous », et, qu’ils [Les croyants] vivront à l’instar des Rois après leurs morts dans le paradis. Une religion prônant donc la résignation outre l’idée du « noir maudit » avec la fameuse « malédiction de Kham » dans ces religions abrahamiques.

Tableau représentant l'ambiance de la nuit du 14 au 15 Août 1791 lors de la Cérémonie du Bois Caïman

Tableau représentant l’ambiance de la nuit du 14 au 15 Août 1791 lors de la Cérémonie du Bois Caïman

Boukman, Premier Houngan (prêtre Vaudou) officiel d’Haïti, [Certains disent qu’il était un Imam, j’y suis radicalement contre, car pour les musulmans les porcs sont impurs], avait compris que le dieu des blancs était beaucoup trop blanc pour se battre pour les noirs contre les blancs [Déjà, rappelons-le, dieu est toujours caricaturé en blanc, et le diable en NOIR]. Pendant environs quatre siècles, ce dieu regardait l’injustice régner, où l’humain était exploité, martyrisé, violé et il n’a pas bougé le petit doigt, si puissant et juste qu’on prétend qu’Il soit. L’histoire nous rapporte que, dans la nuit du 14 au 15 août 1791, Boukman a décidé de réunir tous les hommes et femmes assujettis sur l’habitation Lenormand de Mézy. Accompagné de la Mambo Cécile Fatiman, ils ont réalisé un rituel, qui alla pousser les hommes et femmes haïtiens présents à ladite cérémonie, à une prise de conscience. Boukman a su avoir les mots justes pour apporter confiance et espoir aux noirs en prononçant le fameux ‘Serment du Bois-Caïman’ : « Le dieu qui a créé la terre, qui a créé le soleil qui nous donne la lumière. Le dieu qui détient les océans, qui assure le rugissement du tonnerre. Dieu qui a des oreilles pour entendre : toi qui es caché dans les nuages, qui nous montre d’où nous sommes, tu vois que le blanc nous a fait souffrir. Le Dieu de l’homme blanc lui demande de commettre des crimes. Mais le Dieu à l’intérieur de nous veut que nous fassions le bien. Notre dieu, qui est si bon, si juste, nous ordonne de nous venger de nos torts. C’est lui qui dirigera nos armes et nous apportera la victoire. C’est lui qui va nous aider. Nous devrions tous rejeter l’image du dieu de l’homme blanc qui est si impitoyable. Écoutez la voix de la liberté qui chante dans tous nos cœurs » disait-il. Le pacte avec la liberté fut signé par le sang du porc avec lequel ils trinquèrent. Confiants, dans la nuit du 21 au 22 aout 1791, ces hommes rendus en esclavage ont organisé la toute première révolte qui a été soldé par l’écrasante défaite de Napoléon Bonaparte en Haïti à Vertières le 18 novembre 1803.

Aujourd’hui, on parle d’Haïti en tant que premier pays à abolir l’esclavage totalement dans les temps modernes grâce à ce congrès politico-religieux national de la nuit du 14 au 15 août 1791. Ce qui est bizarre et regrettable, comme chaque année, tous les regards sont tournés sur la célébration culturelle moyen-orientale, [reprise par les européens en particulier le Vatican], « Notre-Dame de l’Assomption » en ce même jour symbolique pour la liberté des Noirs, le jour de la Cérémonie du Bois Caïman. Des sommes colossales sont débloquées chaque année pour des cérémonies officielles en l’honneur de ce symbole de ce dieu-là qui nous a été imposé par les esclavagistes européens, pourtant, pour Bois Caïman c’est l’oubli total.

Le mal de l’acculturation est très profond. Il nous faut en urgence une autre Cérémonie du Bois Caïman parce qu’on est en train de perdre tout ce dont Boukman et ses pairs ont voulu combattre. Nous laissons notre histoire, notre culture pour embrasser celle des autres, ceux-là mêmes qui nous ont asservi dans le temps. L’acculturation est aussi dévalorisant que le colonialisme. La culture est l’identité d’un peuple, un peuple sans culture ne s’aurait s’identifier en tant que peuple. Toutes ces traditions Judéo-chrétiennes et arabo-musulmanes [en gros, ces traditions moyen-orientales] importées sont très loin d’être nôtres.

© Ayiti Bèl Zile / Haiti My Beautiful Island

Publicités