Vertières, Haïti! La grande défaite de Napoléon Bonaparte dont personne n’en parle.

Tout le monde connaît Haïti, regrettablement, comme étant le pays le plus pauvre de l’hémisphère nord. Nos chers amis de la presse internationale ne ratent jamais une occasion pour balancer ce qualificatif à tout le monde même dans des sujets ou il n’en vaille pas la peine comme des articles sur la promotion touristique. Le pays n’était pas destiné a la pauvreté. Certains détracteur de Dessalines [le héros de la révolution haïtienne contre la France en 1803] tirent à boulets rouges sur la politique post-coloniale de celui-ci vis-à-vis des champs de canne. Encore des idées préfabriquées pour voiler la vérité.

La victoire contre Napoléon, principal facteur de la pauvreté d’Haïti.

Dans tous les manuels d’histoire de par le monde, dès qu’on parle de Napoléon Bonaparte, c’est soit en des termes élogieux sur ses différentes conquêtes, soit concernant ses deux défaites jugées « historiques » à Austerlitz et à Waterloo. L’enjeu de ces défaites était de taille car c’était très politique. Le 18 novembre 1803, Napoléon Bonaparte, au summum de sa gloire, fut aussi vaincu par Jean Jacques Dessalines à Vertières, en Haïti. Cette défaite s’avérerait beaucoup plus importante que les deux autres susmentionnées. Pourtant rares sont ceux qui sont au courant de celle-ci.

Tableau présentant le champ de bataille à Vertières Haiti, avec Dessaline en premier plan, qui allait chasser les esclavagistes français du sol haitien.

Tableau présentant le champ de bataille à Vertières Haiti, avec Dessaline en premier plan, qui allait chasser les esclavagistes français du sol haitien.

Jusqu’au 20 siècle [vers les années 60 avec la décolonisation apparente de l’Afrique], l’économie française se reposait sur l’esclavage. Haïti [Saint-Domingue sous l’époque coloniale française (1625-1803)] produisait plus de 50 pour 100 du sucre consommé à travers le monde. Cela a valu à la France la position de leader concurrentiel sur ce marché. Or à l’époque, le sucre avait la même valeur que le pétrole ou encore le nucléaire d’aujourd’hui. La France de l’époque coloniale pouvait se vanter d’être la puissance économique de l’heure [grâce a l’exploitation du sucre d’Haïti à travers l’asservissement de l’homme]. Perdre une telle colonie conduirait à la chute de l’économie française, à un choc dans l’économie mondiale [c’est comme mettre du feu dans les puits de pétrole du moyen orient]. Cela vaut à cette défaite de Napoléon le droit d’être la plus importante, sans oublier le fait que cela allait changer le cours du monde. Tout le reste de l’Amérique latine allait suivre l’exemple de Haiti [parfois aidé militairement par Haiti] et gagner leur indépendance, en d’autres termes, Haïti de Dessalines a montré la voie de la liberté au monde moderne en battant la France de Napoléon. Pourtant nul n’en parle. Pourquoi ?!

La communauté internationale, toujours en mode catalyseur de la pauvreté d’Haïti.

A Vertières, le 18 Novembre 1803, les troupes de Dessalines ont mis en déroute celles de Napoléon, avec le fameux Capois La Mort [L’un des plus valeureux soldats de l’armée d’Haiti] qui a vaincu la mort, sous les pluies de boulets de canon, mais n’a cessé de crier en Avant, en Avant… Les hommes [et les femmes] de Dessalines avaient jurés de vivre libre ou de mourir. Cette armée d’anciens esclaves s’est battue bec et ongles pour faire jaillir la source de la liberté. Napoléon fut donc Vaincu par Dessalines.

Monument érigé en l'honneur des soldats du combat de Vertières qui opposaient Haiti à la France le 18 Novembre 1803.

Monument érigé en l’honneur des soldats du combat de Vertières qui opposaient Haiti à la France le 18 Novembre 1803.

Cette victoire fut considérée comme un affront par les impérialistes, esclavagistes blancs. Ce fut la première plus grande victoire contre la barbarie blanche du siècle. Mais, le prix a payé fut très lourd que les séquelles se font encore remarquer deux siècles plus tard. Haïti a connu ce qu’on peut appeler l’isolation diplomatico-economique. Le commerce représente le moteur de toute économie. Après avoir vaincu les français, bien que riches en canne-à-sucre, en cacao et en autres denrées, les haïtiens n’ont pas pu relancer leur économie car les acheteurs potentiels [Blancs] de l’époque se sont mis du côté des esclavagistes français et ont refusé de commercer avec Haïti.

Ces mêmes puissances de l’époque ont refusé que Haïti s’affiche en tant que pays libre sur la carte diplomatique. Nul n’a voulu reconnaitre l’indépendance du pays. Leur argument était simple : « ils ne partageront aucune relations, en aucune manière avec un peuple à dominance noir ». Même de mauvais voisins d’Haïti comme les États-Unis, pour lesquels, lors de la bataille de Savannah en particulier, Haïti a envoyé des milliers de soldats sans quoi ils n’auraient pas acquis leur indépendance politique de la Grande-Bretagne, même eux ont refusé de reconnaître l’indépendance d’Haïti. Il leur a fallu environ 60 ans, avec la guerre de sécession en 1865, pour enfin reconnaitre l’indépendance d’Haïti.

Les français, en mauvais perdant, ont intensifié la descente aux enfer de l’économie haïtienne. Pour reconnaitre l’indépendance de la jeune nation, la France sous le règne de Charles 10, a exigé [sous menaces d’invasions militaires] comme dommages et intérêts en 1825 la monstrueuse somme de 90 millions de « franc Or », somme équivalent à plus de 21 milliards 600 millions de dollars américains aujourd’hui [Montant réclamé à la France par Jean-Bertand Aristide en 2001, facteur important dans le coup d’Etat de 2004]. Dette illégale qu’Haiti a fini de rembourser en 1938.

Jean-Jacques Dessalines, Héros de l'indépendance de Haiti, Fin stratège qui a su vaincre l'une des plus grande armée de son temps, celle de Napoléon Bonaparte.

Jean-Jacques Dessalines, Héros de l’indépendance de Haiti, Fin stratège qui a su vaincre l’une des plus grande armée de son temps, celle de Napoléon Bonaparte.

Cette révolution marquée par la première grande défaite du blanc au profit du noir au 19e siècle reste dans le silence total. Il existe même une certaine tendance à fausser l’histoire. Certains historiens français disent que c’est un français du nom de Toussaint Louverture [un grand stratège haïtien lors de la guerre de l’indépendance par ailleurs, capturé et emprisonné en France en 1802] qui a négocié l’indépendance d’Haïti. Ils ont faussé la version de l’histoire comme ils ont faussé les mythologies du moyen orient en présentant un Moïse Blanc, un Jésus Blanc, un Noah Blanc, or ils viennent tous d’une zone géographique où il n’y a pas de blanc. A noter aussi que c’est l’une des rares révolutions ayant modifié le monde qui n’est pas reproduite à Hollywood. Malgré tous les efforts de Dany Glover pour y faire un film, les producteurs blancs de Hollywood empêchent que le film soit produit par manque de « héros blanc ».

© Ayiti Bèl Zile / Jean Jeaslin DECOSSA
Publicités